Juillet 2016

Voici un retour en mots et en images sur ce mois de juillet.

Mon changement d’université ayant été effectué, je ne peux désormais plus emprunter de livres à l’université de Franche-Comté et n’étant pas encore inscrit à l’Université de Bourgogne je ne peux pas encore en emprunter à leur BU. Ceci m’empêche bien sûr de mener des recherches approfondies mais je ne me laisse pas abattre et en profite pour constituer mon corpus.

J’ai quand même pu lire un excellent livre sur les langues du vin dont l’article est disponible ici. Après avoir discuté avec mon prof, j’ai pu mettre en place un plan plus proche de ce que je souhaite faire ; c’est-à-dire analyser les étiquettes de bouteilles de vin provenant de Bourgogne et de Rhénanie-Palatinat (Rheinland-Pfalz). Je prépare donc un plan ultra-détaillé pour ma prochaine entrevue avec mon directeur de recherche, comprenez : un titre, une problématique, des hypothèses, des pistes de recherches pour chaque sous-partie et des perspectives de recherches. Ce travail préparatoire est relativement important puisque c’est lui conditionne la suite de la recherche. En effet, comment peut-on créer un corpus si on ne sait pas à quoi il va servir. Il faut cependant rester flexible et garder à l’esprit que ce plan n’est pas figé puisque c’est le corpus qui reste le fil conducteur, c’est lui qui va imposer tel ou tel axe de recherche.

Ainsi, j’ai débuté la collecte d’étiquettes par une journée en Allemagne que vous avez pu suivre sur Instagram au milieu du mois. Les super et hypermarchés se sont succédés et au final je suis reparti avec pas moins de 130 étiquettes. Ensuite, le travail de l’ombre a commencé. C’est long, fastidieux, répétitif, on n’en voit jamais la fin, on se demande si on aurait pas dû faire autre chose mais quand la dernière étiquette est traitée, on est content ! Mais que veut dire « traiter » une étiquette ? Dans les points de vente, je prend en photos les bouteilles de vin, or les logiciels d’analyse de données ne peuvent rien faire avec des photos. Il est donc nécessaire de recopier les étiquettes et de les classer. J’ai donc choisi de créer plusieurs fichiers avec à chaque fois un tableau qui regroupe toutes les étiquettes de vin ayant des similarités. Ainsi, je pourrais les manipuler plus facilement quand viendra le temps de l’analyse de corpus.

Ces 130 étiquettes traitées, j’ai entamé la constitution de mon corpus français et cette fois, j’ai récupéré 70 étiquettes en allant seulement au Leclerc de Belfort, que je remercie au passage. J’ai recommencé la procédure de traitement des étiquettes qui peuvent être qualifiées de données brutes, car non utilisables en l’état.

Enfin, je suis retourné en Allemagne lors du dernier weekend de juillet afin d’augmenter mon corpus. Pas de chance, je suis allé dans la zone de Freiburg-im-Breisgau qui est particulièrement viticole.

Pourquoi pas de chance ? Eh bien c’est l’appellation de Baden et celle-ci ne rentre pas dans mon champ d’étude or malheureusement pour moi les magasins proposaient logiquement à la vente beaucoup de produits régionaux. Je n’ai toutefois pas fait chou blanc, puisque j’ai tout de même ramené de ce périple quelques 40 étiquettes, qui ont été faciles à classer et à recopier.

Si ce travail de mise en forme du corpus est fastidieux, il n’en reste pas moins intéressant et m’a permis de mettre en lumière les premières tendances que ce soit pour les étiquettes bourguignonnes ou rhénanes, ainsi que pour leur comparaison ; mais de cela, on en reparlera plus tard.

Vous le comprenez, mon travail avance doucement mais il avance et c’est le principal, surtout quand on sait que la rentrée est dans un mois et demi. Il y a le temps, pas d’affolement ! J’essaie de travailler le plus rigoureusement possible pour ne pas perdre de temps plus tard… Le temps, nerf de la guerre, car lorsque l’année commencera il faudra faire avec cette recherche et les cours de master 2. C’est pourquoi j’essaie de prendre un maximum d’avance.

On se retrouve dans un mois pour un nouveau compte-rendu, d’ici là vous pouvez me rejoindre sur Twitter et sur Instagram.

A bientôt et bel été !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s