Le discours du vin

Un mois de juillet marqué par le Tour de France, la réussite des Bleus, le soleil et quelques verres de vin … Le bonheur !! (Je prends le parti d’éclipser les évènements récents qui se sont produits à Nice, en Turquie, à Würzburg, et partout ailleurs, restons positifs !) Parlant de vin, j’aimerais vous présenter un livre coédité par le professeur bourguignon de linguistique allemande qui m’encadre : Unité et diversité dans le discours sur le vin en Europe (1) qui est une recension d’articles correspondant à des actes du colloque éponyme. C’est un livre très riche, très intéressant et pas forcément compliqué à suivre pour une œuvre qui reste tout de même académique. Je le recommande donc à tous les passionnés de vin !!

Comme pour justifier le choix de mon sujet de mémoire, l’introduction souligne l’importante connexion qui existe entre la langue et la dégustation du vin (Gautier, Lavric p.7). UnknownLe thème principal reste le projet Vinolingua (projet académique multilingue pour l’apprentissage des langues étrangères pour les vignerons, de plus amples explications sont disponibles sur ce lien). Des articles variés y sont proposés allant de l’utilisation du jargon vitivinicole (p 11-22) à l’analyse du terme des adjectifs muscate et muscatowe au travers d’une analyse contrastive franco-polonaise (p 131-147) en passant par une étude du terme au combien mystérieux qu’est celui de « minéralité » (p 149-168). Ces chapitres courts offrent une lecture dynamique mais approfondie des possibilités qu’ouvrent l’étude du vin via la langue, ou devrais-je dire les langues pour ne pas parler de langage du vin.

Cette lecture a été particulièrement intéressante pour moi car elle m’a ouvert de nouveaux horizons en ce qui concerne l’approche de la problématique et de la méthodologie, c’est bien en regardant ce que font les autres que l’on peut progresser. Ainsi, toute étude est utile pour se développer en tant que chercheur. En l’occurrence, les méthodes adoptées dans le champ de la linguistique étant nouvelles pour moi, j’ai eu une meilleure vision de ce qui m’attendra dans les mois qui viennent ; à savoir, la constitution d’un corpus homogène, sa mise en forme, son traitement et bien sûr, l’analyse et l’interprétation des résultats.

Enfin, un chapitre m’a paru fort à-propos, celui de S. Herling « Langue Dog, Le Divin, Terres Fortes – Les noms de vins en France » (p 169-182). Un paragraphe sur les étiquettes de vin et une analyse des noms de vins sont au centre de cet article : ce n’est pas exactement mon sujet mais pas si loin tout de même, et cela m’a permis d’avancer dans ma réflexion. Un chapitre que l’on peut résumer par le passage suivant : « L’étiquette accentue, d’une manière visuelle, ce nom » (p 122) : on voit poindre ici une triple approche de l’étude du vin et de ses étiquettes en commençant par une approche linguistique écrite et également orale pour ma part, une approche visuelle et donc sémantique, et enfin une analyse culturelle, car le vin est « un élément du patrimoine historique » (p 169).

Deux autres livres correspondant aux deux autres actes du colloque paraîtront courant Août, toujours chez le très bon Peter Lang à Francfort. Je dois bien avouer que j’ai hâte de les lire vu le niveau de ce premier « opus ».

On se retrouve à la fin du mois pour un débrief de ce mois de juillet qui a été riche en avancée pour moi ! A bientôt !

(1) Gautier Laurent, Lavric Eva (Eds.). Unité et diversité dans le discours sur le vin en Europe. Frankfurt/Main : Peter Lang, 2015.

Advertisements

Une réflexion sur “Le discours du vin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s